( 5 mai, 2017 )

Jean sans peur (légende).

Jean sans peur était un jeune garçon qui vivait avec sa mère dans une petite maison au bord d’une forêt.

Ce jeune homme prétendait n’avoir peur de rien, d’où son surnom de Jean sans peur.

Un jour, il quitta sa maison pour aller parcourir le monde et vivre des aventures.

Après avoir terrassé la Bête à sept têtes…comme le soir était venu pendant que Jean reprenait le chemin de la ville, il n’oublia pas le conseil de sa mère, et il se coucha à l’endroit où la nuit le surprit. Fatigué des travaux de la veille, il resta endormi bien après le lever du soleil, et une hirondelle vint en rasant la terre lui effleurer la figure du bout de son aile. Il se réveilla brusquement en frissonnant un peu, et apercevant l’oiseau qui fuyait, il s’écria : « Ah ! je ne savais pas jusqu’à présent si la Peur à plume ou à poil; mais je vois maintenant qu’elle est à plume ».

Ce fut la seule fois de sa vie où il éprouva un commencement de crainte et encore, il dormait plus qu’à moitié quand cela lui arriva.

Extrais du conte Jean sans peur. Source : CONTES MERVEILLEUX de Dominique Camus. 

Hirundo rustica 64

( 10 mars, 2016 )

Les oiseaux savaient.

Charis, la fille du roi Avallach régnant sur un royaume en Atlantide, fut mise au courant par le mage Annubi, de la prochaine disparition de l’Île. Alors, elle partit en quête à la recherche de ses frères, pour les convaincre d’affréter des bateaux afin de fuir l’Atlantide. En chevauchant à travers la campagne et les routes côtières, Charis vit les oiseaux qui emplissaient le ciel et les champs. Eux aussi connaissaient la sombre vérité et ils la chantaient (source : Le Cycle de Pendragon, Taliesin de Stephen R. Lawhead).

Larus argentatus 1320

( 9 février, 2016 )

Atlantide, catastrophe anoncée.

Lorsque Charis réussit à contacter son frère aîné Kian, elle tenta de le convaincre de la catastrophe imminente pesant sur l’Île de l’Atlantide. Alors, Charis lui énuméra les signes annonciateurs, et parmi eux, il y en avait un qui faisait référence aux oiseaux: « quand as-tu vu pour la dernière fois un oiseau de mer…il devrait y avoir des nuées de mouettes. Où sont-elles ? (source : Le Cycle de Pendragon, Taliesin de Stephen R. Lawhead).

Océan 240415210

( 19 janvier, 2016 )

L’apprentissage druidique.

L’apprenti druide Taliesin discutait avec son ami Turl. Curieux du savoir druidique, Turl lui demanda en quoi consistait cet apprentissage. Voici ce que Taliesin répondit : « Halgan m’apprend toutes sortes de choses, les oiseaux, les plantes, les arbres, la médecine, comment lire dans les étoiles, des choses comme ça. Des choses utiles ». (source : Le Cycle de Pendragon, Taliesin de Stephen R. Lawhead).

Bois 63

( 10 janvier, 2016 )

L’observation du vol des pigeons.

Un jour, lors d’une ballade en forêt, Hafgan le druide apprenait à ses deux apprentis (filidh) Blaise et Indeg la façon d’interpréter le vol des pigeons.

Halgan disait :

- poussent-ils des cris en passant au dessus de nos têtes ?

- fuient-ils un oiseau de proie ?

- sont-ils à la recherche d’une perchoir ?

- comment tiennent-ils leurs ailes ?

(source : Le Cycle de Pendragon, Taliesin, de Stephen R. Lawhead)

vol de pigeon

( 5 janvier, 2016 )

Les cygnes noirs du temple.

C’était au temps ou la paix régnait en Atlantide. Dans la belle cité de Kellios se dressait un temple qui se trouvait être la réplique miniature du Mont Atlas, la demeure des dieux. Et au centre du jardin, il y avait un bassin à l’eau claire qui accueillait les élégantes silhouettes des cygnes noirs au cou gracieusement incurvé (source : Le Cycle de Pendragon, Taliesin de S. R . Lawhead). Le cygne noir est l’inverse du cygne blanc, en symbolisant les forces occultes. On trouve dans un compte d’Andersen, une vierge ensorcelée, transformée en cygne noir, qui sera plongé trois fois dans l’eau d’un bassin pour être purifié et devenir un cygne blanc.

Cygnus atratus 116

( 6 décembre, 2015 )

Les oiseaux des côtes de l’île de NUMENOR.

Une multitude d’oiseaux vivaient sur les rivages et côtes de l’île de Númenor. Les marins disaient, que même aveugle, il était facile de savoir si l’on approchait de Númenor, rien qu’en entendant les chants des oiseaux. Car, à l’approche d’un bateau, des immenses troupes d’oiseaux volaient à sa rencontre. Il était interdit de les tuer et même de les molester (source : Contes et légendes inachvés de J.J. Tolkien).

Larus argentatus 250415219

( 25 novembre, 2015 )

La fuite de Nienor.

Suite à l’attaque du dragon Glaurung, Nienor passa toute la journée à courir les bois, fuyant les ténèbres. Le soir, épuisée, elle s’endormit dans les fougères. Le matin, Nienor se sentait mieux, mais la jeune fille ne possédait plus de souvenir. Alors la peur s’installa en elle, l’incitant à se cacher dans les fourrés et à grimper aux arbres, plus agile qu’un écureuil.(source : Contes et Légendes inachevés de J.J. Tolkien).

Sciurus vulgaris 04031513

( 20 novembre, 2015 )

Nienor face au dragon Glaurung.

Marwen, sa fille Nienor et une escorte de trente cavaliers Elfes partirent à la recherche de Tùrin. La troupe fut attaquée par le dragon Glaurung, au pied de la colline Amon Ethir. Le dragon souffla un brouillard pestilentiel, ce qui effraya les chevaux des cavaliers. Nienor tomba de cheval, et Glaurung plongea son regard maléfique dans celui de la jeune fille. Nienor perdit sa volonté et son cœur entra dans l’obscurité (source : Contes et Légendes inachevés de J.J. Tolkien).

paysage de bois 6

( 14 novembre, 2015 )

L’île du Dieu ailé.

Dans la légende, on nous indique qu’il y a sept îles d’Avalon. Et parmi celles-ci, on trouve l’île du Dieu ailé. Voici ce qu’en dit Gawen, un apprenti druide : « aux yeux de ce dieu, les oiseaux aquatiques sont sacrés, et nul n’a le droit de les tuer à proximité de son autel ». En signe de gratitude, aucun oiseau ne souille son toit (source : M. Z. Bradley, le Cycle d’Avalon).

Larus ridibundus 72

12345
Page Suivante »
|