( 21 décembre, 2016 )

Collembola-Dicyrtomina saundersi/ornata-spermatophore de décembre.

Le Noisetier commun Corylus avellana possède des feuilles cordiformes. Lorsque ces grandes feuilles tombent au pied de l’arbuste, elles forment des substrats de choix pour plusieurs espèces de collemboles. En plus, quand on a la chance que la température et l’humidité soient favorables à ces arthropodes, tout est réuni pour de bonnes observations. Ce fut le cas le 12 décembre 2016. Les espèces présentes sur cette station étaient : Dicyrtomina ornata, Dicyrtomina saundersi, Sminthurus viridis, Sminthurinus elegans, Isotomurus palustris, Isotomurus plumosus et Ceratophysella bengtssoni. La présence de Sminthurus viridis sur ces feuilles n’est pas du tout étonnante. Celles-ci sont également tombées sur une station de cette espèce. Le symphypléone quitte ses feuilles de trèfles, et profite de ce phénomène automnal pour se nourrir. C’est en soulevant ou en dépliant ces larges feuilles, que j’ai découvert plus d’une dizaine de Dicyrtomidae. Les Dicyrtomidae pouvaient être observés principalement sur la surface inférieure des feuilles. Il fallait donc retourner les feuilles pour les trouver. Cette manipulation ne provoquait pas forcément la débandade chez les collemboles. J’ai eu deux types de comportements. Après le changement d’environnement, soit le Dicyrtomina s’immobilise un moment et reprend ses activités, soit il se dirige rapidement vers un endroit sombre. Et parmi eux, il y avait plusieurs Dicyrtomina saundersi. Alors que je suivais les déplacements d’une femelle, j’aperçus à quelques millimètres d’elle un magnifique spermatophore. Après vérification, c’était bien un spermatophore correspondant à cette espèce. Allait-elle le récupérer ? Après être resté quelques instants immobiles, Dicyrtomina s’éloigne lentement du spermatophore. Puis, elle fait brusquement demi-tour et revient vers celui-ci. Le collembole passe devant ou dessus, je ne sais pas, car à ce moment là, j’étais en train d’essayer d’améliorer la mise au point. La prochaine fois, soit je garde le réglage initial sur le spermatophore, en espérant une bonne photo, soit j’abandonne la possibilité de faire des images, pour observer directement le comportement à travers le macroscope! Dicyrtomina ornata et Dicyrtomina saundersi sont deux espèces de symphypléones proches l’une de l’autre. Les spermatophores sont identiques. Alors, comment les femelles des deux espèces, font elles pour reconnaître les spermatophores ? Et si finalement, Dicyrtomina ornata et Dicyrtomina saundersi n’étaient qu’une seule espèce ? Le doute que ces symphypléones soient des espèces différentes est corroboré par les écrits de Steve P. Hopkin, dans son excellent livre, A Key to the Collembola (Springtails) of Britain and Ireland. Steve P. Hopkin nous indique que pour lui, ces deux « espèces », du fait de leurs caractéristiques morphologiques identiques, en dehors bien évidemment de la tâche différente portée par les collemboles à l’arrière de l’abdomen, représenteraient une seule et même espèce. Même si, des recherches en biologie moléculaire supposeraient  qu’en Grande Bretagne et en Irlande, Dicyrtomina ornata et Dicyrtomina saundersi soient des espèces séparées. Sur mes station, (ouest de la France) les deux Dicyrtomina apparaissent à la même période et sur les mêmes milieux. En ajoutant à ces deux éléments, leur proximité morphologique, la question de savoir si nous avons à faire, dans certains endroits, à la même espèce, est clairement posée. Il est aussi intéressant de noter, que d’une année sur l’autre, les « types saundersi » peuvent être plus nombreux que les « types ornata » et vis versa.

D. saundersi-spermatophore 12XII16Milieu 12XII16121

( 17 décembre, 2016 )

Collembole Sminthurus viridis.

Collembole symphypléone Sminthurus viridis en toilettage.

Image de prévisualisation YouTube

( 13 décembre, 2016 )

Spectacle lunaire.

Merveilleux spectacle lunaire, le 9 décembre 2016.

Image de prévisualisation YouTube

( 10 décembre, 2016 )

Sminthurus viridis-contacts antennaires.

Voici le déroulement de plusieurs contacts antennaires observés entre 15h06 et 15h10, le 22 novembre 2016. Clairement, les antennes sont les organes sensoriels les plus importants pour les Sminthurus viridis. Je ne me lancerai pas dans des interprétations de ce comportement, car comme le disait Stephen Jay Gould: »les faits observés en eux-mêmes ne peuvent dire plus que ce qu’ils sont…donner immédiatement des interprétations générales conduit à des discours ennuyeux et tendancieux ».

Matos 13XI16118Milieu 13XI1633S. viridis-contact antennaire ABCDES. viridis-contact antennaire FGHIJS. viridis-contact antennaire KLMNOS. viridis-contact antennaire PQRST

( 8 décembre, 2016 )

Lever de soleil sur la campagne 2.

Image de prévisualisation YouTube
( 8 décembre, 2016 )

Lever de soleil sur la campagne 1.

Image de prévisualisation YouTube
( 2 décembre, 2016 )

Collembole Sminthurus viridis de décembre.

Image de prévisualisation YouTube
( 13 novembre, 2016 )

Allacma fusca-manipulation d’une « goutte »(suite).

Mardi 1er novembre 2016, ce matin, le bois est noyé dans le brouillard. Cette brume qui flotte dans l’air, de façon plus ou moins dense, provoque une ambiance extraordinaire. Bon, fini la contemplation, et passons à la recherche des symphypléones, et plus particulièrement les Dicyrtomina. Habituellement, ces collemboles peuvent être observés dès le mois d’octobre. Mais cette année, je n’en ai toujours pas vu un seul. Pourquoi ? Je pense que la combinaison température/humidité n’a pas encore été réunie sur une période suffisamment longue, permettant l’apparition de ces globuleux. En attendant, je retourne sur ma fameuse station à Allacma fusca. Je prospecte lentement dans les larges feuilles de Châtaigner Castanea sativa. Les habitués du moment sont présents : Orchesella cincta, Entomobrya muscorum et Allacma fusca.  Et chez ce dernier, pour la deuxième fois, j’observe la manipulation d’une « goutte » ou plutôt une substance sans véritablement de forme, par les trois pattes du même côté. Ce comportement est quand même curieux. Il met en scène, une substance jaunâtre gélatineuse/collante, du moins c’est l’impression que cela donne à l’observation, retirée des pièces buccales, par les pattes d’un même côté. Pour être plus précis, la substance est déposée sur les griffes. A quoi peut bien servir ce comportement ?  J’ai comparé l’aspect général d’Allacma fusca avec celui de trois autres symphypléones, deux Dicyrtomidae, Dicyrtoma saundersi et Dicyrtoma ornata, et un Sminthuridae Smithurus viridis. Les quatre espèces sont sensiblement de la même taille. La combinaison thorax/abdomen d’Allacma fusca est plus volumineuse/globuleuse que chez les deux Dicytomidae, et légèrement plus que chez Sminthurus viridis. Du coup, Allacma fusca n’aurait-il pas potentiellement plus de difficulté pour maintenir des ancrages sur des surfaces verticales, glissantes où même lorsqu’il se déplace la tête en bas? Pourrait-on supposer, que la substance permette une meilleure adhérence au substrat ? Une sorte de « colle » améliorant les performances des griffes. Bon, ce n’est qu’une supposition.

Allacma fusca 01XI1659Bois-Brouillard 01XI1679

( 2 novembre, 2016 )

A la poursuite d’A. fusca (17-X-2016).

Ce matin, je guette par la fenêtre l’arrêt de la pluie. Finalement, vers 8h50, il ne pleut plus. C’est le signe du départ. En route pour une nouvelle sortie dans les bois. Sous le ciel menaçant, je me rend directement sur la station où j’avais observé Allacma fusca le 10 octobre dernier. Je suis sur le chemin seulement depuis quelques minutes, il bruine de nouveau. Arrivée sur place, je commence ma prospection. Malgré une exploration minutieuse dans les feuilles pourrissantes couchées sur le sol et sur les souches, aucun Allacma fusca ne semble présent sur la station. Je décide de changer de site. Quelques mètres plus loin, une belle souche semble avoir les atouts pour accueillir ces symphypléones. Il pleut toujours. J’essaie de protéger au mieux mon matos et en particulier ma torche. Enfin j’observe mon premier Allacma fusca. Mais…à cause d’une malheureuse manœuvre en positionnant ma torche, celle-ci tomba sur la feuille où se trouvait le collembole, faisant disparaître l’animal. Je n’ai plus qu’à recommencer à rechercher ces bêtes! Je tourne autour de la souche avec ma torche à la main. Au moins, elle ne chutera pas « accidentellement » ! Après environ 30 mn de patiente recherche, je découvre un nouvel Allacma fusca. Il n’est pas sur la souche, mais sur un arbre tombé, situé à une vingtaine de centimètres du sol. Ce collembole n’aimant pas particulièrement la lumière, je concentre mes observations sur les zones ombragées du tronc. Bingo ! Je m’allonge « confortablement » sur le sol humide du sous-bois, afin d’observer les collemboles évoluant sous le tronc. J’en vois cinq. Trois d’une taille adulte et deux beaucoup plus petits, des juvéniles. Sous l’arbre, la température est de 17,6°C et l’humidité de 90 %. Tous ces symphypléones étaient en recherche alimentaire.

Légendes des photos.

Photo 1- Allacma fusca mesure environ 3 mm, ici il est en compagnie d’un Poduromorpha.

Photo 2- à gauche, le symphypléone adulte, à gauche, le juvénile qui se déplaçaient rapidement.

Photo 3 et 4- Allacma fuca en recherche alimentaire sous la tronc d’arbre.

Photo 5- les flèches présentent l’endroit où les collemboles ont été observés.

Allacma fusca 17X1628Allacma fusca (ad-juv) 17X1635Allacma fusca 17X1686Allacma fusca 17X16103Arbre tombé 17X1671

( 24 octobre, 2016 )

Tarier pâtre Saxicola rubicola.

S. rubicola 52

123456...79
« Page Précédente  Page Suivante »
|